LFB : Nantes-Rezé l’emporte sur le fil face à Mondeville

Dans une ambiance de cathédrale digne des plus belles messes du dimanche matin malgré les 1800 spectateurs, Mondeville prend le pas physiquement sur Nantes-Rezé en attaque et enchaîne deux rebonds offensifs sur la première action. Mais, extrêmement maladroites (17% lors des 10 premières minutes), les filles d’Hervé Coudray se heurtent à une bonne défense nantaise où Bernie N’Goyisa (4 pts, 5 rbds) et Marielle Amant (12 pts, 4 rbds) font parler leurs centimètres. Offensivement les déferlantes ne sont pas non plus à la fête, tant et si bien qu’à la fin du premier quart-temps les deux équipes n’inscrivent que 17 points (11-6 pour Nantes-Rezé).

Sarah Michel (12 pts, 2 rbds, 5 pds, 3 int, 2 TO), entrée au cours du premier quart-temps, donne du peps à son équipe. Présente dans tous les compartiments du jeu, elle permet à Nantes-Rezé de conserver son avantage dans une rencontre où la maladresse continue à dicter sa loi (15-10, 15′). L’ancienne Arrageoise poursuit son chantier obligeant Hervé Coudray à prendre un temps-mort (19-10, 17′). Le temps-mort porte ses fruits puisque Ingrid Tanqueray (17 pts, 1 rbd, 1 pd) et ses partenaires retrouvent de l’allant en attaque mais sont toujours en déficit d’adresse (23-16, 19′). Les filles d’Emmanuel Coeuret en profitent, grâce à deux actions positives d’Isis Arrondo (7 pts, 8 rbds, 3 pds), pour prendre le large. Au final les deux équipes regagnent les vestiaires sur le score de 28 à 17 en faveur des locales. Les jambes semblent lourdes du côté de Mondeville (5/33 à la mi-temps). Le rythme des deux rencontres par semaine n’est pas encore digéré.

Sarah Michel est sortie de sa torpeur (Photo : Ouest-France)

Sur un panier à trois points au buzzer de la première action, Sarah Michel donne 14 points d’avance à son équipe. Piquées au vif les Mondevillaises commencent à développer un jeu d’attaque intéressant mais Yuliya Andreyeva (11 pts, 2 rbds) fait soulever Mangin-Beaulieu avec deux paniers derrière l’arc coup sur coup (39-25, 25′). Les normandes sont dans les cordes et ce n’est pas leur adresse catastrophique qui va les remettre dans la partie (42-25, 26′) mais bel et bien les nantaises elles-mêmes qui enchaînent les mauvais choix en attaque et les pertes de balle. Laetitia Kamba (4 pts, 9 rbds, 1 pd) et ses coéquipières provoquent de nombreuses fautes mais l’USOM n’en profite pas et laisse en route énormément de lancers-francs (13/23). Pire, Hervé Coudray perd Kadidia Minte sur blessure. En sautant afin d’effectuer un passe, elle s’est tordue la cheville droite sur la réception. Portée par ses partenaires, elle assiste impuissante à la déroute de son équipe dans le troisième quart-temps (50-34, 30′).

Jusque là inefficace, la défense de zone de Mondeville commence à porter ses fruits et les Normandes retrouvent de l’adresse – notamment par Ingrid Tanqueray et Bintah Drammeh (8 pts, 2 rbds, 1 pd) – changeant complètement la physionomie du match (52-45, 33′). L’ancienne joueuse de Villeneuve d’Ascq est en feu et enchaîne trois paniers à trois-points de suite. Tout est à refaire pour le NRB (55-52, 35′). La fin de match est tendue des deux côtés du terrain où les filles enchaînent les mauvais choix. À ce petit jeu là, l’expérience de KB Sharp (8 pts à 3/10, 4 rbds, 3 TO) est précieuse et, sur un trois points à 7 mètres, elle ramène l’USOM à un point (59-58). Dans une fin de match complètement folle où Isis Arrondo a collé le contre du week-end sur la contre-attaque de KB Sharp à 17 secondes de la fin, ce sont les Nantaises qui profitent du panier loupé de Naignouma Coulibaly (8 pts, 7 rbds) à 10 secondes du terme pour s’imposer de 2 points (60-58).

Trop maladroites (31%), les Mondevillaises auront eu le mérite de revenir dans la partie et de frôler le hold-up parfait. Mais, finalement, c’est une victoire logique pour les filles d’Emmanuel Coeuret, qui restent en haut de classement.